1001 Conseils basket dans VOTRE poche

Le Lancer-Franc : comment en faire une force

Ahh le Lancer-Franc !!! Véritable calvaire pour certains, arme létale pour d’autres, son efficacité n’est plus à prouver. 
Effectivement, il peut faire la différence dans une rencontre et facilement vous faire basculer dans le camp des vainqueurs ou des vaincus. On a tous été un jour confronté à cette situation ; notre équipe est menée d’un point, il reste deux secondes sur le chrono et tu viens de provoquer la faute de l’équipe adverse. `Te voilà sur la ligne des lancers francs avec l’obligation de faire 2/2 si tu veux que ton équipe l’emporte. 
Tout de suite, ça te met une sacrée pression, hein? Dans ce genre de cas, il vaut mieux avoir les nerfs solides et le geste sûr. 
Oui, mais voilà, ce n’est pas aussi simple ! Alors, comment faire pour que les lancers francs deviennent une force dans ton arsenal ⚔️ou celui de tes joueurs.eses? 

Aujourd’hui dans La Balle Orange, retour au basique ! On s’attaque à un tir trop souvent laissé pour compte : Le Lancer-franc ! Prêt à devenir un métronome sur la ligne ? Suis le guide. 

Être régulier au tir, ça veut dire quoi au juste ?

La régularité, c’est ce terme un peu barbare qui fait la différence entre un bon et mauvais tireur. Mais un bon tireur de lancer-franc, c’est quoi exactement ? 70,80,90 % de réussite ? 🤔

À mon humble avis, et encore une fois, cela n’engage que moi, un bon tireur de lancer doit se situer entre 80 et 90% de réussite. Au-dessus des 90%, on commence à toucher l’excellence. Mais tu ne deviens pas un Steve Nash ou un Régie Miller du jour au lendemain. 

Comme je te l’ai déjà dit dans mon précédent article sur la technique de shoot : c’est en s’entraînant que l’on devient parfait. Le problème que la plupart des joueurs rencontrent et à tous les niveaux, c’est qu’ils n’ont pas de routine solide au moment de se présenter sur la ligne. 

Tirer un lancer-franc est une question de constance, et pour devenir constant et développer ta mémoire musculaire, tu vas devoir faire la même chose encore et encore. 😏

Il existe une grande différence entre les lancers francs et les tirs pendant les phases de jeu, c’est la composante mentale

Lorsque tu tires un lancer, c’est un peu comme être sur le devant de la scène avec tous les regards braqués sur toi. Il va te falloir développer ta confiance et ça passe par plus de régularité.

Le travail des Appuis

Les grands tireurs alignent toujours leurs pieds au même endroit et de la même façon. Et ceux, à chaque fois qu’ils tirent. 🤓

L’avantage avec le Lancer-franc c’est que c’est un tir en position arrêter, donc tu auras beaucoup plus de facilité à reproduire la même prise d’appuis. Ce qu’il nous reste à voir maintenant, c’est comment respecter la bonne prise d’appuis. 

La première chose à faire est de positionner ses appuis au centre de la ligne, face au cercle. Dis comme cela, ça parait évident, mais il suffit d’aller faire un tour dans les gymnases les week-ends pour se rendre compte du nombre de joueurs qui ne respecte pas cette règle simple. 

Fig 1 : trouver le repère au milieu de la ligne

Pour trouver le milieu de la ligne, il peut y avoir un clou ou une marque au milieu de cette ligne. (Fig 1)

Si tu n’as pas de repère, je te conseille de te servir directement du cercle comme point de repère. Ensuite, c’est relativement simple, il te suffit de placer ton pied de tir ( le pied droit pour les droitiers, l’inverse pour les gauchers) au niveau de cette marque. 

Si tu n’as pas de repère, je te conseille de te servir directement du cercle comme point de repère. Ensuite, c’est relativement simple, il te suffit de placer ton pied de tir ( le pied droit pour les droitiers, l’inverse pour les gauchers) au niveau de cette marque. 

Fig 2 : placement des appuis

Une fois ton pied de tir placé, tu vas pouvoir disposer ton autre pied à côté de celui-ci ( fig2) et le faire glisser vers l’arrière jusqu’à ce que les orteils soient au même niveau que le talon du pied de tir (fig2). 
Ensuite, il ne te reste plus qu’à déplacer le pied arrière, afin que l’écartement entre tes deux pieds soit à peu près celui de ta largeur d’épaules. (fig2)

Te voilà maintenant dans une position décalé, avec une bonne stabilité au niveau des appuis pour pouvoir prendre ton tir. 

Trouver la puissance dans le geste 

Sans puissance, ton ballon a peu de chance d’atteindre la cible. Comme nous sommes sur un tir en position stationnaire, tu as tout intérêt à utiliser tes jambes et la flexion de tes hanches pour mobiliser la force nécessaire.

Fig 3

Lorsque tu te penches au niveau des hanches, tu vas devoir également baisser la tête et les épaules de façon à ce que tes épaules soient devant tes pieds et ta tête devant tes épaules. Ensuite, tu vas devoir plier tes genoux jusqu’à ce que tes talons ne touchent plus le sol (fig3) .

La flexion des hanches et des genoux va t’apporter l’énergie nécessaire pour envoyer la balle jusqu’au panier. Pour les jeunes joueurs, il faudra peut être accentué un peu plus la flexion pour délivrer plus de puissance.

Je ne te le conseille pas forcément, mais tu peux également leur proposer de faire un pas supplémentaire pour créer de l’élan dans leur tir. Dans ce cas-là fait bien attention qu’ils ou elles ne mordent pas la ligne au moment du tir. 😓

L’importance de la routine 

Si tu veux devenir un bon shooter de lancer-franc, il va te falloir développer une routine avec laquelle tu es à l’aise. Les détails de ta routine sont sans importance. 

Par contre ce qui est important, c’est que cette routine soit la même en match et à l’entraînement. Tu commences à me connaitre depuis le temps, je suis un mec cool et je vais te donner les questions que tu peux te poser pour mettre en place ta propre routine : 

  • Combien de dribble vas-tu utiliser avant de tirer ? Le nombre n’a aucune importance, il faut juste que ce soit le même à chaque fois.
  • A quoi penses-tu avant de tirer ? Le lancer-franc est une période d’accalmie dans le jeu. Tu peux être tenté de penser à ton dernier tir rater ou encore au ballon que tu as perdu 2 min plus tôt. Tu dois te focaliser uniquement sur ton prochain tir. Concentre-toi sur ta respiration, cela peut être un bon moyen de revenir dans l’instant présent. 
  • Est-ce que tu visualises ton tir !? 🧠 On en a déjà parlé dans un précédent article, mais le travail de visualisation est extrêmement important dans la réussite. Regarde Steve Nash, au moment où il s’avançait vers la ligne , il travaillait son tir dans le vide avant de prendre la balle. Aujourd’hui il reste l’un des meilleurs tireurs de lancer de l’histoire de la NBA.
  • Est-ce que tu as personnalisé ta routine ? En plus du nombre de dribbles, tu peux rajouter un petit quelque chose, un signature moove qui rendra ta routine unique et te permettra de te l’approprier. Par exemple Jason Kidd à l’époque envoyait un baiser vers le cercle avant de tirer son lancer.

Pour terminer une petite vidéo qui nous vient de la chaîne Hoops fun avec le Top 10 des routines de joueurs NBA ⬇️

Bien évidemment , il nous reste également à parler de la gestuelle au niveau de la prise de balle et du suivi du tir. Pour éviter de faire un redit avec mon précédent article je t’invite à consulter ma série d’articles sur la technique du shoot en 3 parties.
Si tu veux devenir le prochain Stephen curry, tu sais ce qu’il te reste à faire : le travail, le travail et encore le travail, il n’y a pas de secrets.
Je te prépare pour la prochaine fois un cahier de l’entraîneur sur les exercices de shoots alors si ce n’est pas déjà fait, je t’invite à t’abonner à ma newsletter.

Prends soin de toi
Jonas

E-book

LES PARENTS

au basket-ball

Vous en reprendrez bien un peu ? :)

En téléchargeant l’e-book, vous recevrez également tous les lundis matin un email avec un conseil, une astuce, une stratégie que je ne partage nulle part ailleurs.